Sélectionner une page

 

La sortie du film « les affamés » de Léa Frédeval ce mercredi (avec la très jolie Louane et le youtubeur Kémar, entre autres) ne vous aura pas échappée. Un film qui érige un portrait de cette génération que je côtoie dans mes consultations. Une génération qui se sent à la fois perdue et battante, une génération qui recherche du mieux être au quotidien. Une génération qui veut travailler avec sens et reconnaissance.
Et pourtant cette nouvelle génération galère à vivre heureuse, à vivre un rêve qui se veut réaliste, épanouissante et contributeur au bon fonctionnement de notre pays.
Faire évoluer le monde pour qu’il devienne meilleur est mon leitmotiv. Croire que chacun à sa place sur cette terre. Croire qu’élever, ou révéler des potentiels peut humaniser l’entreprise, la société, le relationnel.
Cette génération est née avec internet et un Iphone dans la main et ça c’est cool ! Pourquoi ? parce que grâce à elle j’évolue (et vous aussi !).
Mais elle a tout à apprendre des anciennes générations et ça aussi c’est cool ! Pourquoi ? parce que sans ma génération elle ne peut pas comprendre d’où elle vient et pourquoi notre monde, la société ou l’entreprise est ainsi. Ensemble, nous pouvons construire un monde meilleur par une transmission à double sens : une co-création ! et moi j’adore la co-création!
Chacun peut apporter sa réalité, son savoir-faire, son savoir être à l’autre. Nul doute que le fossé est présent mais il est de notre responsabilité de le combler. Et pour le combler il va falloir passer par un changement de mentalité, un changement de réalités.
Selon moi, pour changer ce monde en un monde meilleur, plus contributif et plus respectueux de l’humain, nous devons commencer par se changer nous même.
Tu ne peux pas faire évoluer un monde en restant dans tes carcans. S’ouvrir au changement est bénéfique. Il contribue à notre épanouissement, à notre mieux être en tant qu’être humain.
C’est en cela que j’accompagne ces femmes (et quelques hommes ?) qui sont en quête de sens, quête de recherche identitaire, d’amour, de reconnaissance, de bienveillance, quête de faire de leur rêve une réalité.
J’aime accompagner cette génération dans leur mieux vivre. Mais je ne peux les aider sans leur contribution. J’ai besoin de leur engagement parce que pour moi s’engager c’est choisir. Choisir de devenir meilleur, choisir de se respecter pour mieux respecter l’autre. Choisir de s’écouter. Choisir de créer une vie qui leur correspond.
Quand tu as choisi de devenir la meilleure version de toi-même, choisi de Te respecter, de Te pardonner, tu seras alors en capacité de respecter et pardonner l’Autre. Et si tu respectes l’Autre, tu respectes ton environnement, ton voisin, ton boulanger, ton client, ton patient, la fille (ou le mec) que tu convoites… et tout ce monde qui t’entoure.
J’ai plaisir à accompagner cette génération parce que pour moi elle est notre avenir. C’est cette génération qui fera mon monde … et le vôtre en passant !
Et si je ne contribue pas à son mieux être, qui le fera ? Tout le monde sur cette terre doit y trouver son intérêt, sa place.
Lui faire découvrir son potentiel, l’amener à avoir plus confiance en elle, en ses capacités, à gérer son stress, lui faire prendre conscience qu’elle est capable d’avancer en co-créant… pour l’amener à faire de mon monde (et donc du sien) un monde meilleur. Et je ne parle pas d’un monde de l’au-delà plonger dans un mouvement sectaire, je parle d’un monde ou les valeurs (le respect, la tolérance, la bienveillance, l’authenticité, le partage…) sont respectées ; ou tout un chacun est capable de se remettre en question, de remettre en perspective son savoir faire et son savoir être par rapport à son environnement et aux humains qui la composent.
Ces « affamés » sauront changer la galère en opportunités et faire de notre réalité déstabilisante et négative une réalité objective et positive.
Alors prêt pour contribuer à ce monde meilleur ?