Sélectionner une page

T’est-il arrivé de croire que si tu te sens si mal dans ta vie, c’est à cause de ton entourage, de tes amis, d’une remarque d’un collègue ou d’un manager, de ton amoureux ?

Nous avons tendance à reporter notre mal être sur les autres sans vraiment se remettre en question. Et pour cause, nous avons souvent été éduqué ainsi. Nous avons toujours entendu autour de nous, depuis tout petit, que c’était la faute du gouvernement, d’untel… Sans vraiment prendre la responsabilité qui nous appartient.
Nous avons alors construit des biais cognitifs qui nous ont mené là ou nous en sommes aujourd’hui.

😕 J’ai moi aussi traversé cela, et je le traverse encore.
😕 Et j’ai moi aussi ressenti ce jugement sur moi, et de moi envers les autres
😕 J’ai moi aussi pensé que si je ne réussissais pas c’était la faute de…
😕 Je me suis, moi aussi, jugée négativement et je le fais parfois encore

Tout cela appartient à un des biais cognitifs qui nous empêchent d’avancer positivement.
Un biais cognitif c’est un aspect de notre mécanique de pensée qui provoque une déviation de notre perception ou de notre jugement.
C’est-à-dire que l’on a tendance à ne voir qu’une facette de ce que l’on voit, basée sur notre expérience, par rapport à ce qu’est vraiment la réalité.
Donc quand tu vis une situation, tu perçois qu’un côté de la situation.

En tant qu’hypersensible, nous utilisons, malgré nous, bons nombres de ces biais cognitifs dont voici un échantillon, je suis certaine que tu vas t’y retrouver 🙂

❉ Le biais de confirmation : ou tu vas chercher et ne prendre en considération que les informations qui confirment tes croyances et ignore ou discrédite celles qui les contredisent.
Par exemple avoir des amis qui pensent comme toi que toutes les personnes riches sont des mafieux sans ouvrir ton état d’esprit sur une éventualité contraire.

❉ Le biais d’étiquetage où tu vas porter un jugement définitif sur toi (ou les autres) qui viendra nourrir là encore une croyance. En d’autres termes tu vas t’auto-juger sur une experience de vie, un echec… et te définir ainsi. « Je ne suis pas bon pour parler en public »
Dans ce cas, demande-toi ce que tu cherches à nourrir comme validation ? Es-tu certaine d’être totalement incapable de… ?

❉ Le biais de négativité : celui-là est un particulièrement tenace car tu auras tendance à donner du poids aux expériences négatives plutôt qu’au expériences positives et à t’en souvenir davantage.

❉ Le biais d’autocomplaisance ou tu vas te faire un malin plaisir d’attribuer tes échecs à des facteurs extérieurs défavorables sans prendre notre part de responsabilité
Rappelle-toi que tu n’es pas responsable de ce qui t’arrive mais de la réaction face à ce qui t’arrive

❉ Le biais de la surgénéralisation où tu vas avoir tendance à tirer une conclusion générale sur la base d’un seul échec ou incident. Tu vas alors t’attendre, par exemple, face à un évènement négatif, que ce qui s’est produit pendant cet évènement se reproduira dans ta vie toutes les fois que tu vivras ce genre d’évènement. Par exemple, tu as perdu le fil de ton discours lors d’une prise de parole en public, tu penseras que toutes les fois que parleras en public, tu oublieras ce que tu devais dire.

✔️Quand tu prends conscience que ces biais sont la source de ce que tu vis au quotidien.
✔️Quand tu prends conscience que toi aussi tu as ta responsabilité de ce que tu veux vivre au quotidien
✔️Et que tu peux changer ta manière de voir les évènements, les situations, ta vie
Tout à coup tu ne te sens plus du tout accabler, tu comprends que tu as le pouvoir de ce que tu veux vivre en prenant ta part de responsabilité.

La prochaine fois que tu t’observeras dans un de ces biais cognitifs, ne te juge pas négativement mais cherche à te recalibrer en te détachant de ce biais et en créant quelque chose de positif.

L’observation de soi est la meilleure chose à faire pour progresser sur ton chemin de l’hypersensibilité.
🙏🏻Ne te laisse pas définir par une erreur, un échec, une critique
🙏🏻N’accorde pas tous tes malheurs aux autres : regarde la situation en face et demande-toi ce que tu peux faire de ce qui t’arrive en prenant ta part de responsabilité.