Sélectionner une page

 

En ce jour national de la fille, c’est une émission témoignage qui m’a fait revivre un épisode que je ne pourrais oublier et qui me fait écrire ce post !

IL EST DES JOURS OU VOUS VOUS DEMANDEZ POURQUOI VOTRE CHEMIN VOUS A CONDUIT SUR CETTE ROUTE.
Les femmes ont toujours été, depuis la nuit des temps, considérées comme un être faible. Personnellement, je ne l’ai jamais compris puisqu’à la base la femme semble être constituée à peu de chose prêt de la même manière qu’un homme : Elle a 1 tête, 2 bras, 2 jambes, une colonne vertébrale, des organes vitaux, elle respire comme lui…. Les seules différences de l’homme se cantonnent à ses attributs sexuels, ses biscotos et sa voix… Alors pourquoi donc considérée la femme comme faible ?
Les siècles ont passé et petit à petit les femmes ont gagné en reconnaissance et en droit :
le droit de faire des études,
le droit de travailler et donc d’apporter un salaire à leur foyer,
le droit de voter et donc de donner leur opinion (quoique),
le droit d’avorter, le droit de porter des pantalons,
le droit de materner par le congé parental… bref tout un ensemble de droits qui ont fait du sexe faible un être humain à part entière. Le sexe faible est donc devenu plus fort !
Et pourtant, il reste encore ce dictat qui plane aux dessus de la tête des femmes : l’hommes a le pouvoir, la femme obéit. Il n’y a qu’à voir ce qui se passe dans les partis politiques, ou dans les casernes militaires ou dans bien d’autres professions.
Victime de harcèlement, qu’il soit moral ou sexuel, il est tout aussi traumatique et dévastateur croyez-moi.
Les victimes de ces actes malveillants – et je pèse mes mots pour ne pas dire odieux et bestial– sont trop souvent pris en étaux entre leur carrière, leur poste et la dénonciation de ce délit. Parce que oui ces actes sont des délits punissables par le droit pénal…
Il est dénombré sur le lieu de travail 8% d’agression sexuelle et 25% de gestes déplacés par an. Mais que représentent donc les femmes victimes aux yeux des témoins de ce carnage chantage ?

DENONCER OU SE TAIRE ?
Dénoncer, témoigner contre un acte d’une telle violence psychologique et physique est tellement difficile. Et pourtant se taire c’est apporter de la valeur à ses actes, c’est le rendre légitime, c’est cautionner quelque chose de sale, de mauvais, d’inhumain !
Imaginez alors porter plainte contre ce type d’agissement d’une femme qui en est victime. S’ajoute à cela la crainte pour sa vie personnelle : quelle réaction aura l’entourage, le conjoint ? quelles conséquences sur sa vie sociale, amicale ? Quelle conséquence sur sa carrière ?
Vouloir se défendre est un acte légitime et pourtant il amène souvent à une mise au placard, une entaille dans la carrière. Sans compter la destruction psychologique qui met des années à disparaître.
Dans un pays où le chômage des femmes atteint 9,9% et face à une inégalité homme /femme encore trop présente, on peut comprendre qu’elles hésitent à se plaindre ou même à porter plainte.
Porter plainte signifie apporter des preuves tangibles, exploitables. Et bien souvent face à votre agresseur, vous êtes pétrifiée. Vous ne savez ni comment ni quand il va agir. Par définition, ce prédateur ne prévient pas de son acte, il agit à l’instant ! à l’instinct !
Je crains, malgré de gros progrès ces dernières années, que cette mentalité ait du mal à changer dans notre société occidentale. Les chiffres parlent d’eux même : 40 % des femmes subissent une injustice en raison de leur sexe.
14,5 % des femmes subissent dans leur vie une agression contre 3,9% pour les hommes : comment la femme ne peut-elle pas se sentir un être faible ?

BOUGEZ, PARLEZ, AGISSEZ !
Le harcèlement au travail, qu’il soit sexuel ou moral a des conséquences considérables sur la victime. Il dégrade les conditions de travail et atteint la dignité de la personne.
Légalement, le harcèlement se définit par des agissements répétés, des remarques désobligeantes, dégradantes, des intimidations, des insultes, des attouchements, des viols dans le pire des cas.
Face à ce constat, il semble important de rappeler que :
• Ce délit est punissable et interdit même en l’absence de lien hiérarchique.
• L’employeur est la première personne condamné contre ce type d’agissement au sein de son établissement et à un devoir légal de protection de l’ensemble de ses salariés. De ce fait, il doit mettre en place des mesures de prévention et de sanctions à l’encontre de genre de délit. Il sera la première personne condamnable si cela se produisait dans son établissement.
• Une victime de harcèlement est un salarié protégé à partir du moment où il parle, porte plainte, agit. Pour cela elle doit demander visiter le médecin du travail qui notifiera les actes dans le dossier du salarié. Cela constituera une première preuve si la victime porte plainte et lui assurera une protection contre tout licenciement. Il est important aussi que la victime conserve le plus de preuves possibles pour argumenter sa plainte (sms, mail, visite au domicile…). Les victimes peuvent être épauler dans ce combat grâce à de nombreuses associations qui a aident les victimes. Il y a aussi une institution importante qui me tient à cœur Souffrances & travail.
• Le salarié témoin a lui aussi une responsabilité qui est rappelé dans la loi pénale : « Il incombe à chaque travailleur de prendre soin, en fonction de sa formation et selon ses possibilités, de sa santé et de sa sécurité ainsi que de celles des autres personnes concernées par ses actes ou ses omissions au travail » (C. trav., art. L. 4122-1) : en d’autres termes chaque collaborateur à la responsabilité de son prochain. Trop souvent les personnes qui assistent à cet acte délictueux cautionne indirectement l’acte. C’est en parlant que les agresseurs arrêteront leur abus de pouvoir. Un agresseur est un prédateur. Son but n’est pas (toujours) d’assouvir une pulsion mais de rendre vulnérable sa proie, en l’occurrence sa victime pour qu’elle agisse sous son pouvoir, qu’elle se rabaisse. A partir du moment où les voix s’élèvent et dénoncent cette perversité, les choses changent.

ARRETEZ DE VOUS TAIRE ! VOUS NE RISQUEZ RIEN ET VOUS POUVEZ TOUT CHANGER !
ALORS BOUGEZ, PARLEZ, AGISSEZ !